Professeur Ivan Borbath
Gastro-entérologue et oncologue digestif à l'institut Roi Albert II des Cliniques universitaires Saint-Luc

« Certains cancers ont une fréquence plutôt faible : ainsi, dans notre pays, on  dénombre environ 600 nouveaux cas de cancers du foie par an, 1 500 pour le pancréas et entre 300 et 400 pour les tumeurs neuro-endocrines. À titre comparatiff, 8 000 nouveaux cas de cancers du côlon sont recensés chaque année. Ces cancers moins bien connus posent donc  problème tant aux médecins généralistes qu’aux gastro-entérologues ou aux oncologues. Dans cette optique, un groupe d’une vingtaine de médecins spécialisés dans ces trois types de cancers se réunit chaque semaine pour discuter dles dossiers de chaque nouveau patient au sein de l’Institut Roi Albert II, et décider ensemble du meilleur traitement à leur administrer. »

Quelles sont les avancées dans le traitement du cancer du pancréas ?

Pr. Ivan Borbath : « Le taux de mortalité dû à ce cancer reste, hélas, très élevé. Les médecins font en sorte de choisir le meilleur traitement pour chaque patient, ce qui requiert une expertise tant du côté de l’oncologie médicale ou digestive que du côté radiologique et chirurgical.

Les chimiothérapies actuelles sont plus efficaces : elles combinent plusieurs produits, qui donnent un taux de réponse (diminution de la taille des tumeurs) plus important qu’auparavant.

Aux cliniques Saint-Luc, on étudie actuellement l’intérêt d’une chimiothérapie administrée avant l’opération du cancer, et l’on tente de prédire son efficacité très précocement par l’imagerie médicale, ce qui pourrait permettre de mieux adapter le type de traitement en fonction des résultats.

Des études cliniques de type plus classique sont aussi menées, notamment une étude dans laesquelles est évalué l’impact des nouvelles chimiothérapies sur la qualité de vie des patients. »

Qu’en est-il pour le cancer du foie ?

I.B. : « Il est particulier en ce sens qu’il se développe dans les pays industrialisés- quasi uniquement chez les patients souffrant au préalable d’une cirrhose. Ce qui incite les hépatologues à proposer une surveillance étroite des patients qui en sont atteints.

Les avancées thérapeutiques se feront probablement par un ciblage plus précis des caractéristiques des cellules cancéreuses, afin de spécifiquement les attaquer sur leur “point faible” . Des études en cours à St-Luc se focalisent sur cet aspect. D’autres approches consistent à injecter, dans l’artère amenant le sang au foie, des microparticules de chimiothérapie ou de radiothérapie. »

Quelles sont les initiatives ont été prises au sujet niveau des tumeurs neuro-endocrines ?

I.B. : « Elles sont extrêmement rares, peuvent apparaître en tout point du tube digestif, et sont capables de sécréter des hormones. Le traitement dépend de leur emplacement, de l’aggressivité et de l’extension de la tumeur, d’où la difficulté en la matière. L’idéal serait donc de pouvoir colliger les cas de patients en Belgique. C’est la raison pour laquelle un registre prospectif en ligne a été créé par le Groupe belge d’Oncologie digestive, pour inciter tous les médecins ayant des patients concernés à les y inscrire en tout anonymat. Ce registre pourra aider à apporter des réponses à des questions non résolues, car comme pour toute pathologie rare, il est très difficile de réaliser des études à grande échelle sur de nombreux patients. Il est à souligner toutefois que malgré qu’elles soient peu fréquentes, ces tumeurs suscitent l’intérêt de l’industrie pharmaceutique, avec qui il est possible de collaborer pour développer de nouveaux traitements. »