La radiothérapie est une méthode de traitement du cancer qui repose sur l’utilisation du potentiel destructeur des rayons X. Elle consiste à focaliser ceux-ci sur la tumeur à l’aide de machines spéciales (les “accélérateurs”), de sorte que seules les cellules cancéreuses soient endommagées. Grâce à la technologie moderne, on est aujourd’hui capable d’atteindre une précision inférieure à un demi-millimètre dans certaines parties du corps !

 

Une discipline incontournable et sans danger
 

Le cadre légal qui encadre sa pratique en font la discipline médicale la plus sûre de Belgique. Elle est rigoureusement contrôlée et n’est pratiquée que par des professionnels qui s’y consacrent entièrement. Elle est d’ailleurs tellement sûre qu’elle est pratiquée chez la moitié des patients cancéreux en Belgique, où 35 000 traitements sont administrés chaque année.

 

La Belgique trop bien couverte ?
 

La Belgique est le 3e pays européen en matière de couverture des besoins en radiothérapie. Elle compte en effet 37 centres pour 11 000 000 d’habitants. Le problème, c’est que beaucoup de ces centres sont très petits. Un plus petit nombre de centres permettrait une plus grande concentration des machines, des équipes et des connaissances et offrirait de meilleures chances de guérison aux patients comme le démontrent de nombreuses études.

 

Un manque d’information
 

En Belgique, 1 personne sur 7 qui devrait bénéficier de la radiothérapie ne la reçoit pas, pour des raisons souvent injustifiées. Le public, mais aussi les politiques et les professionnels de la santé manquent souvent de connaissance en matière de radiothérapie. Il est possible de trouver de l’information en ligne sur http://www.bravo-radiotherapie.be ou encore https://www.abro-bvro.be/.

 

Un investissement rentable pour un avenir prometteur
 

L’achat et l’entretien d’une machine coûtent cher, mais quand on divise ces coûts par le nombre de patients traités, on se rend compte que c’est un investissement présentant un rapport coût-efficacité favorable pour le patient et pour la sécurité sociale. La radiothérapie a encore un énorme potentiel de développement devant elle, de nouvelles voies de recherche prometteuses voient le jour, comme celles de l’effet abscopal et des nouvelles molécules d’immunothérapie. Aujourd’hui, on parle aussi beaucoup de protonthérapie, dont le premier centre belge verra le jour à Leuven en 2019.