Qui dit cancer, pense :

  • Perte de repères corporels
  • Panique face à la réalité du miroir
  • Incompréhension du discours médical
  • Peur incontrôlée du futur
  • Angoisse à l’idée d’affronter le regard des autres
  • Sentiment d’impuissance à gérer ce nouveau corps transformé par la maladie

Arm infirmier

Pour apprivoiser cet inconnu qu’est le traitement contre le cancer, les soins d’une professionnelle de la santé à la personne malade proposent une présence faite d’adaptation, d’écoute et surtout de connaissances alliant « art infirmier » et « valorisation de soi ». Cette démarche empathique vise à révéler la beauté par une mise en lumière du visage, un confort des mains, des pieds, une relaxation du dos… Une telle intervention ciblée, en fonction des besoins spécifiques de chaque patient lui permet de mobiliser ses propres leviers au profit du mieux-être.

Intermédiaire

Ainsi le soin par l’intermédiaire du toucher thérapeutique, permet de créer une relation soignant/soigné facilitant le parcours imposé par le traitement. Soins du visage, maquillage, manucure, modelages sont des alliés précieux pour renforcer la compréhension des exigences médicales et dispenser, au cours du soin, des conseils adaptés à chaque personne à chaque étape de son itinéraire thérapeutique.

Pour une personne fragilisée en chimiothérapie, vivre sans sourcils, par exemple, peut être difficile, voire insupportable, alors, les redessiner et apprendre à le refaire seule est un bénéfice à multiples facettes, le soin aide à :

  • établir un climat de confiance favorisant la communication verbale et/ou non verbale
  • échanger des questions nécessitant une reformulation de la part de la professionnelle
  • renforcer le projet médical construit pour chaque personne soignée…

Ainsi, l’accompagnement par le soin débouche sur un « plus » en matière de prise en charge globale du malade au-delà de la maladie : l’alliance thérapeutique au service du combat contre le cancer.

Pour en savoir + : www.aise.be