À la base : un polype intestinal

Le cancer colorectal se développe toujours à partir d’un polype intestinal : c’est une petite excroissance qui est bénigne dans la plupart des cas, puisque seuls 10 % des polypes évoluent lentement vers un état précancéreux. La mortalité associée à ce cancer est malheureusement élevée, car il est trop souvent diagnostiqué à un stade avancé. Ce cancer touche indifféremment les hommes et les femmes. Puisqu’il n’y a pas de symptômes permettant de connaître l’existence de polypes intestinaux, il est important de faire le dépistage. En effet, détectés à temps, ces polypes peuvent être facilement enlevés afin de supprimer le risque de leur évolution vers un cancer.

Le test de dépistage

Le dépistage consiste en un prélèvement de selles permettant d’y rechercher la présence de sang invisible à l’œil nu, signe possible d’une anomalie précancéreuse. En cas de résultat positif, une coloscopie complète est recommandée. Un contrôle par coloscopie est parfois recommandé d’emblée en cas de symptômes ou d’antécédents personnels ou familiaux.

Le test immunologique utilisé actuellement pour ce dépistage est spécifique de l’hémoglobine humaine. Il est simple, gratuit et rapide à réaliser à la maison sur un seul prélèvement de selles.

Comment participer au test ?

Pour diminuer efficacement la mortalité liée à ce cancer, il est indispensable qu’au moins 50 % des personnes asymptomatiques réalisent ce dépistage tous les 2 ans entre 50 et 74 ans. Même si le taux de participation de la population est en augmentation en Wallonie et à Bruxelles, il reste insuffisant.

Pensez à votre santé ! Faites le dépistage.