Qu’entend-on par cancers des tissus mous ?
 

Filomena Mazzeo : « Il s’agit de sarcomes, des cancers dont l’origine se situe au niveau de ce qu’on appelle les tissus de soutien, c’est-à-dire les tissus fibreux qui permettent au corps de se tenir debout : os, muscles, graisse, tendons, etc. Il existe de nombreux types de cancers des tissus mous. Chez l’adulte, le symptôme est souvent l’apparition d’une masse grossissante, parfois une boule douloureuse. Il n’y a pas de population plus touchée qu’une autre. Cette pathologie rare concerne 4 personnes sur 100 000. Si elle est mal soignée au départ, on a déjà quasiment perdu la bataille contre le cancer ! »

 

Peut-on le dépister ?
 

F. M. : « Il n’y a pas de dépistage en tant que tel, comme une coloscopie ou une mammographie. Le message à faire passer auprès des généralistes, chirurgiens et autres, c’est qu’en présence d’une boule de plus de 5 cm - soit la taille d’une balle de golf -, il faut considérer que c’est un sarcome, jusqu’à preuve du contraire. »

 

Quels sont les traitements ?
 

F. M. : « Comme c’est une catégorie un peu fourre-tout, les possibilités sont nombreuses. La chirurgie est la pierre angulaire du traitement ; aucun traitement ultérieur ne permet de rattraper une chirurgie mal faite. Ensuite, il y a tous les traitements de chimio- et radiothérapie selon l’extension et l’évolution de la maladie. En tout état de cause, la multidisciplinarité en milieu spécialisé est indispensable pour cette pathologie. »

 

Qu’en est-il des espoirs de guérison ?
 

F. M. : « Ces dix dernières années, les nouveaux traitements de chimiothérapie et de thérapie ciblée ont vraiment permis de réaliser des progrès énormes. L’espérance de vie des patients a presque doublé, même au stade métastatique. »